vendredi 8 mars 2019

Avoir des frères

- Un article un peu différent des autres -


Trente ans, ça y est, le cap est passé pour tous les deux. Vous êtes sortis de ma décennie et pourtant c'est moi qui ai l'impression de vieillir, mine de rien, je m'en rapproche aussi.
Nous, le trio infernal, les conneries sur conneries, les larmes et les cris, nous le trio inébranlable, unis à distance, unis pourtant.

Je vous porte tous les deux dans mon cœur, chacun bien à votre place, à égale part, en parts infinies. Depuis ma première respiration, jusqu’à la dernière. Vous êtes là, sûrement la seule stabilité que j’aurais tout au long de mon chemin. Vous avoir comme frères c'est la chance de ma vie.



Tout n'a pas toujours été très rose, on s'est haïs, on s'est frappés, bagarrés, embêtés, titillés, jalousés, dénoncés... Mais aussi soulevés, protégés, défendus, soutenus. Une vraie fratrie, avec le chef de gang, l'homme du milieu et la dernière roue du carrosse ; l'ainé qui prend tout, le second qui prend la suite et la troisième trop épargnée.


Mes frères, souvent trop loin, souvent trop séparés les uns des autres, bien trop dans la colère jusqu'à ce que des milliers de kilomètres nous séparent, il en aura fallu en franchir des frontières pour nous lier après tout. Trop longtemps détachée de vous pour vous laisser maintenant filer.

Et je soulèverai des montagnes pour éloigner de vous le malheur. Loin, jeune, petite, mais sœur, sœur pour toujours. C’est dans le sang, c’est viscérale, quand on vous heurte c’est moi qui souffre.


J’ai des millions de souvenirs de nous. Pourtant je n’ai aucun texte qui saurait retranscrire parfaitement l’amour que j’ai pour vous. Aucun mot assez fort, pourtant je ne le dis jamais.


 ​

dimanche 3 mars 2019

SALT of Palmar : escapade à l'est, suite et fin.

Hello !

Vous aviez suivi mon arrivée à SALT dans l'article précédent, je vous raconte la suite de mon break dans l'est de l'île Maurice.

Après avoir passé une soirée douce et relaxante j'ai passé une nuit dans la chambre Bang on the Beach, j'ai mis mon réveil à 5h50 pour admirer le levé du soleil, mon premier de ce côté là de l'île depuis 2 ans et demi !


Je me suis, comme annoncé précédemment, rendormie quelques heures et réveillée dans une chambre baignée de lumière. Tellement agréable ! Ces escapades sont pour moi une véritable coupure dans la vie quotidienne, et cela n'arrive pas vraiment souvent, alors j'en profite au maximum et je savoure chaque instant.

Credit : SALT

J'ai si bien dîné le vendredi soir que j'attendais avec impatience le petit-déjeuner.. J'ai eu le temps de décortiquer la carte sur l'application mobile SALT (un petit bijou qui regorge d'informations sur l'hôtel, son histoire et toutes les activités, qui permet aussi d'accéder à notre chambre grâce à je-ne-sais-qu'elle technologie), et j'ai envie de tout prendre ! Açaï bowl... Golden Porridge... Smoothie, tout me fait saliver, moi qui aime tant petit-déjeuner.


Voyez par-vous même... La présentation du petit dèj est tendance, très instagramable (j'ai l'impression qu'ici tout est un peu conçu de manière à être instagram friendly... Ce qui est un peu paradoxal avec le fil conducteur de l'hôtel qui est la déconnexion et la relaxation).
A l'entrée du restaurant se trouve la boulangerie, où sont confectionnés sur place pains et viennoiseries en libre service ; ainsi que des graines, des confitures, du kombucha (j'ai enfin goûté à ce truc... pas très fan !), le reste se commande à table.


Ce sera donc Açaï Bowl (Açaï, banane, baies, noix de coco grillée et granola) et Golden Coconut Milk Oatmeal (Avoine, graines de courge, pistaches, curcuma, chia seeds, lait de coco et sirop d'érable), du pain aux graines et aux algues, des viennoiseries, du jus d'ananas frais, un bon café allongé, et un trait de smoothie Avocat, fruit de la passion, gingembre. De quoi nourrir un régiment !


Ca tarde un peu à arriver à table, on se trompe dans les boissons, dans la commande du café, un petit détail agaçant mais l'heure est à la détente, je me rabats sur le libre service en attendant et commande une assiette de fruits frais. Tout vient à point à qui sait attendre... Et je ne regrette pas une seule seconde mon choix (fastidieux tant je voulais tout goûter). La porridge est une bombe de saveurs, croustillant, fondant, riche en noix de coco... L'açaï bowl est ultra rafraichissant et gourmand. Bon sang, j'aimerais des petit-dej comme ça tous les jours !

mercredi 27 février 2019

SALT of Palmar : escapade à l'est

Hello !

Nouveau venu dans le paysage des hôtels mauriciens, le SALT of Palmar a ouvert ses portes il y a quelques mois à l'Est de l'île, propulsé numéro 1 sur TripAdvisor Maurice, l'hôtel a éveillé ma curiosité.

A force de voir passer mille stories et des dizaines de photos sur mon feed instagram, et entendu beaucoup de commentaires positifs j'ai eu envie de tester... Forcément un peu influencée par mon boulot j'y suis allée en mode "mission commando : jeveuxtouttesterjeveuxtoutvoir" car je suis beaucoup plus tatillon sur l'expérience client et les prestations hôtelières que j'aurais pu l'être il y a quelques mois, j'ai l'oeil sur beaucoup de choses, et une attention particulière aux détails.
La déformation professionnelle tu comprends ?
C'est donc après le boulot un vendredi que je suis partie à la découverte de SALT... 24 heures c'est court... J'y serais bien restée une petite semaine !

La route est longue, mine de rien, depuis Grand Baie, une bonne heure pour rejoindre les abords de Belle Mare, une heure de virages, de côtes et de bosses ; je débarque avec mon sac aux alentours de 19h et je suis accueillie par les deux grands sourires des hôtesses et Raj, le général manager de l'établissement.
Check in rapide, on m'explique que la journée il est proposé une quinzaine de minutes de méditation avant d'arriver en chambre, pour déconnecter totalement du voyage, et de la vie quotidienne ; il faut savoir que la majorité de l'expérience client ici est basée sur le bien-être, la re-connexion avec soi-même. On zappe... Il est déjà tard et je rêve d'un dîner, d'un cocktail et de détente.

Pour ce qui est de l'architecture c'est simple : SALT tu aimes ou tu n'aimes pas, il n'y a pas de juste milieu, de "mouais, bof, peut-être", c'est tranché, tout ou rien. Ca dénote complètement de ce qui est déjà présent à travers l'île, c'est coloré, atypique, pétillant, clinquant, un peu kitsch, et complètement dans l'air du temps.


Bang on the Beach, c'est le nom de la chambre face à la mer où je passerai la nuit... Idéalement orientée plein est afin de profiter du levé du soleil pour les plus matinaux (ou ceux qui comme moi mettront un réveil et se rendormiront une fois que l'astre aura franchi l'horizon... Pas folle la guêpe, je compte bien lézarder dans ce grand lit moelleux pour mon unique grasse mat' de la semaine !




Je découvre mon environnement pour la nuit, avec en fond sonore la radio SALT allumée lors de mon arrivée, ici pas de télévision, c'est un choix, il y a mille choses à faire dehors et tout à découvrir : Yoga, sport à l'aube, paddle, excursions culturelles, cours de cuisine...

Je file sous la douche où sont mis à disposition savons, shampoing, soins au parfum extraordinaire ; la signature olfactive de l'hotel n'a pas fini de me surprendre... Soyons francs, j'aurais pu me bouffer tellement ma peau sentait bon ! C'était divin !


Les placards de la chambre recèlent plein de petites surprises : à disposition, des savates, une gourde que l'on peut remplir dans divers endroits de l'hôtel et agrémenter d'agrumes et de fruits, du thé et du café local, de la noix de coco séché, de chips de taro dans des bocaux en verre... Beaucoup d'attention douces qui me font me sentir si à l'aise que dès la première heure je savais que je passerai un petit break formidable.

Tapis de Yoga pour profiter des salutations au soleil quotidiennes organisées par l'hôtel

lundi 31 décembre 2018

Dernier regard sur 2018

Quelle année...

J'ai trouvé 2017 intense et pleine de rebondissements, et pourtant 2018 ne m'a pas épargnée !
Dernier regard en images et en mots sur 2018, après des mois d'un syndrome de la page blanche spectaculaire.

Il pourrait y avoir mille mots pour décrire les montagnes russes, les cyclones, les tremblements de terre, les tsunamis de deux-mille dix-huit. Un déferlement de souvenirs.

Une année familiale 

 
 

Il y a d'abord ce premier semestre plein de remises en questions, de départs, de valises, de voyages, de décisions, de séparations et de réunions. Et une année qui redémarre au mois de juin avec une superbe opportunité professionnelle, un état d'esprit complètement différent, un envie de croquer la vie à pleine dents, de ne plus laisser place à ce qui peut nuire. Une année de changements donc, pour le meilleur sûrement.

Et Deux-mille dix-neuf, et les résolutions qui vont avec... Moins "matérielles" comme les années précédentes, oui je prends la résolution d'arrêter de fumer, d'être plus économe etc... Mais il y a des décisions plus fondamentales que j'ai décidé d'appliquer et un seul maître mot : OSER.

Oser aimer, oser parler, oser dire ce que je pense, oser écrire, oser rire, oser sourire, ne jamais arrêter en fait, d'oser, pour ne pas avoir de regrets, pour ne pas me poser la question "et si j'avais..." pour barrer les "j'aurais du...". 

2019, on t'attend au tournant

Une année d'amitiés
 

Une année à s'envoyer en l'air


Une année de victoires

Et toujours des paysages exceptionnels

Une seule chose à retenir 

THEN DO IT

dimanche 16 septembre 2018

Mon aventure avec Maurice dure depuis deux ans

Hello,
Je ne savais pas vraiment quoi raconter dans cet article que vous ne sachiez pas déjà, qu'écrire ici alors que je me suis faite assez rare sur ce blog cette année.. Et pourtant il s'en est passé des choses.
Deux ans, deux ans déjà que j'ai posé mes valises sur cette petite île qui paraît être le bout du monde. Pas si loin et pourtant.. J'ai l'impression d'être à des années lumières de celle que j'étais en arrivant le 17 septembre 2016, pourtant à seulement dix mille kilomètres de ma maison. 
Je ne sais pas combien de temps encore je resterai, si j'irai ailleurs, plus loin encore, ou si je ne rejoindrai pas ma capitale après encore quelques temps séparée d'elle. Je crois que j'ai encore des explorations à mener, des endroits à voir, de Maurice et de moi-même... Des limites à franchir, des sauts à faire, des découvertes...


Deux ans et je ne peux pas vraiment faire de bilan si ce n'est que j'ai passé haut-la-main ce que je considérais comme un rite initiatique, un passage à l'âge adulte... Partir à 23 ans, pleine de doutes,  de frayeurs, et de rêves... 
Transformer ce rêve, justement, en faire une réalité, passer d'un univers à l'autre : je suis arrivée avec beaucoup d'idées préconçues de ce que pouvait être la vie ici, j'ai du affronter les désillusions de ce que je croyais être une vie paradisiaque, non pas qu'elle ne le soit pas, mais entre partir en vacances et s'installer quelque part il y a un monde. J'ai du m'armer de courage pour ne pas repartir au bout de trois mois complètement abattue, et chaque jour est un point gagné sur toute la vie que j'ai laissée derrière mois en prenant l'avion il y a vingt-quatre mois. Oui j'ai grandi, j'ai appris à savoir ce que je voulais, j'ai appris à assumer chacun de mes choix, à vivre seule, loin, à expérimenter, à me tromper, à ne jamais m'en vouloir de faire des erreurs, ne pas m'en vouloir non plus de regarder en arrière et de ne pas m'attarder. Et surtout j'ai appris à vivre au présent, alors que j'avais la sale habitude de vivre trop ancrée dans le passé. Cela m'a pris du temps, énormément de temps même, mais aujourd'hui je suis fière de pouvoir dire "j'ai réussi", j'ai réussi à vivre ici sans terreur quotidienne, à m'investir totalement dans mes projets, à m'épanouir presque complètement, à évoluer et à m'intégrer dans un monde parfaitement différent de celui que je connaissais et dans lequel je me voyais me perdre.